Finance équitable Une finance au service des hommes

Les SICAV de trésorerie

Les SICAV de trésorerie régulières présentent les caractéristiques suivantes (non exhaustives) :

  • Obligation d'investir au minimum 90 % des actifs en titres de taux (sans contrainte de signature, ni de rating minimum)
  • Le total des contreparties dont l'encours est supérieur à 5 % des encours de la SICAV ne peut 40 % de l'encours total
  • Aucune contrepartie ne peut atteindre 10 % de l'encours de la SICAV
  • La sensibilité de la SICAV ne peut dépasser 0,5 %

D'autres éléments réglementaires sont nécessaires dont notamment un capital minimum, la définition des moyens d'intervention sur les marchés à terme et la méthode d'évaluation des actifs.

D'après les caractéristiques édictées plus haut on voit que 10 % au maximum des actifs de la SICAV peuvent être investis dans des titres divers (warrants, bons de souscription, fonds commun de créances…). Il existe donc en théorie un risque de perte en capital. Cependant, la gestion courante de telles SICAV ne laisse pas beaucoup de libertés sur ce poste au gérant (cadre d'intervention défini par le dépositaire de la SICAV).

Les performances

Les particuliers, comme les professionnels, peuvent constater dans les différents classements établis des différences importantes de rentabilité de ces SICAV de trésorerie régulières.


 

 

 

 

 



Différents facteurs de gestion expliquent ces différences de rentabilité :

  • " Qualité " des actifs en gestion. Il est possible de " doper " la performance en ayant en portefeuille du papier de moins bonne qualité (de moins bonne notation par les agences de rating). En effet, plus le rating d'un outil de taux est faible, plus la rentabilité associée est élevée. En pratique, les gérants s'autorisent souvent à prendre quelques encours moins bien notées (néanmoins très peu risqués).
  • Durée des actifs en gestion. En période normale de marché, plus l'investissement est de longue durée, plus le rendement obtenu est élevé (la courbe des taux présente normalement une pente légère). La volonté du gérant est donc d'investir le plus possible en actifs plus long (en général de 50 à 80 % de la SICAV). Le reste de l'actif est investi au jour le jour pour faire face aux rachats conjoncturels.
  • Positionnement hors indicateur de référence. Il est possible notamment de prendre quelques positions sur la courbe des taux américaines par exemple.
Néanmoins, le facteur le plus crucial dans la rentabilité d'un tel actif reste les coûts de gestion prélevés par l'établissement gestionnaire de la SICAV.

Deux règles générales sont ainsi observées :
  • Les établissements spécialisés (" sans vitrine promotionnelle ") affichent des performances un peu plus élevées que les grosses SICAV monétaires des banques de réseau.

  • Plus la valeur liquidative de la SICAV est importante, plus la rentabilité est élevée. Certaines SICAV sont ainsi dédiées à la clientèle professionnelle de part leur ticket d'entrée.

 

 

 

Investissement responsable

Les syndics de faillite au Canada

Epargne

compte epargne logement

plan d'epargne-logement

Les SICAV

Le livret d'épargne

Le financement des entreprises

Le besoin de financement

Les business plans

Le crédit inter-entreprises


 

|Contacts et mentions légales |Reproduction interdite : finance-equitable.com